• Forum-Steroids.com - N°1 Francais Stéroïdes Anabolisants et Musculation

    Questions Bodybuilding, stéroïdes, protéines et HGH
Index du forum Forum Anabolisants Les Stéroïdes Anabolisants Effets secondaires des stéroïdes anabolisants

Les protections foie

Échangez sur tous les effets secondaires des stéroïdes anabolisants et leurs répercutions sur le corps !
Avatar de l’utilisateur
adminstero99
Site Admin
Message(s) : 251
Inscription : 26 Jan 2013
CONTACT:

Les protections foie

17 Mars 2014

Tous savoir sur comment et pourquoi protéger son foie lors d'une cure de stéroïdes anabolisants :

Organe vital de l’organisme humain, le foie remplit plusieurs fonctions essentielles et joue un rôle prépondérant entre autres sur le métabolisme, en assimilant et traitant les glucides, les albumines et les lipides, sur la digestion (sécrétions bilieuses) et sur la désintoxication des ballasts malsains.
Tout d’abord les dommages créés au foie par une cure de stéroïdes anabolisants viennent principalement ou entièrement des stéroïdes anabolisants alkylés.
Quand les stéroïdes sont non-alkylés et que l’estradiol reste normal, le foie ne souffre presque jamais d’une cure de stéroïdes.
Des exemples de stéroïdes non-alkylés sont la Testostérone, Masteron, le Trenbolone, le Boldenone, la Nandrolone (Deca) et Primobolan.
Dans l’objectif de garder son foie en bonne santé, dans une cure de stéroïdes efficace au moins la moitié du dosage hebdomadaire (mg/semaine) viendra d’un ou plusieurs stéroïdes non alkylés. Pour différents objectifs et situations, différents injectables seront choisis, et en quantités différentes.
350 à 700 mg par semaine d’une combinaison de stéroïdes peuvent venir d’un mélange alkylé. Les stéroïdes alkylés les plus courants sont Dianabol, l'Oxymetholone (Androlic), L’Oxandrolone (Anavar) et Winstrol.

Tous savoir sur les protections foie :
Legalon
Samarin
Merci de lire les règles du forum avant de poster.

Avatar de l’utilisateur
ormik
Message(s) : 12
Inscription : 02 Avr 2014
Localisation : CORSE

Re: Les protections foie

17 Mars 2014

je prends toujours le samarin 140
quelle est la différence entre les 2 ?
car c'est les memes dosage

Avatar de l’utilisateur
thor-tue
Message(s) : 11
Inscription : 12 Nov 2013
Localisation : France

Re: Les protections foie

18 Mars 2014

rien ne change c'est juste le labo qui change la molécule reste la meme

Avatar de l’utilisateur
Eric
Message(s) : 267
Inscription : 10 Fév 2014

Re: Les protections foie

24 Déc 2014


Le foie pèse environ 1.5 kg et représente près de 2% de la masse corporelle.

Plus de 200 fonctions métaboliques

Le foie est un organe qui intervient dans plus de 200 fonctions métaboliques et est capable de traiter 1.5 litre de sang par minute. Les principales fonctions du foie sont de filtrer et métaboliser tout ce qui est ingéré, de dépurer le sang des toxines, d’équilibrer et fabriquer des hormones, enfin il permet de stocker et de transformer des nutriments vitaux.
Il a également une importance particulière dans la coagulation sanguine, le soutien du système immunitaire et une digestion normale des aliments. Le foie a une importante capacité à se régénérer mais il est primordial de le protéger et le détoxifier régulièrement. Il est régulièrement agressé par la consommation d’alcool (surtout en période de fêtes) ou de médicaments (y compris les stéroïdes, hautement toxiques) qu’il métabolise, ou par des excès de nourriture grasse ou encore certains virus. Après cette petite présentation de cet organe, penchons-nous sur son rôle indispensable dans le développement de la masse musculaire.

Les muscles et le foie

Son rôle pour le muscle
Sa fonction de stockage du glucose sous forme de glycogène permet d’alimenter vos muscles en carburant et permet ainsi la contraction musculaire indispensable à l’augmentation de leur volume. Il est également une réserve de vitamines liposolubles (A, E, D, K), c’est d’ailleurs à ce titre qu’une surdose en vitamine A est hépatotoxique. Si les protéines ne peuvent être stockées pour un usage ultérieur par l’organisme, le foie est capable de synthétiser ses propres protéines même en cas de carence alimentaire. Ces protéines spécifiques vont notamment intervenir dans la coagulation sanguine, le développement du système immunitaire et la synthèse de certaines hormones.
En effet, le foie est le lieu de métabolisation de L’IGF1 en présence d’hormone de croissance, thyroïdienne (LT3), d’androgènes (testostérone) et d’insuline. Le foie intervient dans la synthèse des hormones sexuelles, thyroïdiennes et surrénales (adrénaline, noradrénaline, cortisone) et est ainsi le partenaire privilégié de votre croissance musculaire. De son bon fonctionnement dépend également le stockage des triglycérides sous forme de masse grasse et l’utilisation des acides gras comme source d’énergie. Un foie en bonne santé est indispensable tant pour la croissance des muscles que pour vous permettre d’être sec ! Enfin sans foie il n’y aurait pas de production de bile (entre 80cl et 1l par jour) donc pas d’assimilation des nutriments. A titre anecdotique, il est même capable de synthétiser de la glutamine lorsque l’organisme a besoin de réduire le catabolisme dû à une maladie ou une blessure.
Si vous voulez profiter de toutes les fonctions anaboliques de l’organisme, il est un organe à chouchouter : le foie.

Deux formules protectrices pour le foie

En effet, même s’il est capable de se régénérer, fatigué, encrassé ou endommagé, votre foie sera incapable d’assumer toutes ses fonctions et privilégiera les fonctions vitales au détriment des muscles. Le foie est particulièrement sensible à l’alcool et aux médicaments qu’il est obligé de métaboliser pour éliminer leurs résidus toxiques. Un foie malade ou fatigué ne pourra plus assurer sa fonction de filtre, augmentant la concentration de toxines dans l’organisme et plus particulièrement dans le cerveau, ayant pour résultat la prolifération de tumeurs. Mon conseil est de détoxifier votre foie deux à trois fois par an ou pendant toute l’exposition à des toxiques comme l’alcool, un traitement médical ou autres traitement très prisés des bodybuilders. Pour cela supplémentez-vous en sillymarine (chardon-marie) que l’on trouve dans le Liver support ou encore mieux avec LIV52 pour régénérer le foie.


Source : fitadium

« La défaite est tellement plus intelligente. On pourrait passer sa vie à la méditer. C'est auprès d'elle que l'on puise ses vraies ressources, que l'on sublime ses revanches. Que faire de cette défaite ? »

No Pain NO.... tartine

Avatar de l’utilisateur
A.Sylvain
Message(s) : 146
Inscription : 05 Déc 2014

Re: Les protections foie

16 Jan 2015

Comment faire redescendre naturellement ses transaminase.

Liv 52
: extraits de plusieurs plantes; destiné à améliorer les tests hépatiques

Jin Bu Huan
: lycopodium serratum; propriétés sédatives et analgésiques

Kava
: piper methysticum; propriétés anxiolytiques

Alcaloïdes de la pyrrolizidine
: traitement de l’arthrite

Extraits hydro-alcooliques du thé vert

: camellia sirensis; asthénie, état fébrile

Avatar de l’utilisateur
yona
Message(s) : 15
Inscription : 19 Fév 2015

Re: Les protections foie

24 Fév 2015

Le desmodium en EPS est vraiment sympa aussi

Avatar de l’utilisateur
Eric
Message(s) : 267
Inscription : 10 Fév 2014

Re: Les protections foie

24 Fév 2015

yona a écrit :Le desmodium en EPS est vraiment sympa aussi


Yep j'en parlais justement ici viewtopic.php?f=12&t=1330

« La défaite est tellement plus intelligente. On pourrait passer sa vie à la méditer. C'est auprès d'elle que l'on puise ses vraies ressources, que l'on sublime ses revanches. Que faire de cette défaite ? »

No Pain NO.... tartine

Avatar de l’utilisateur
Tom911
Message(s) : 112
Inscription : 27 Déc 2014

Re: Les protections foie

01 Mai 2015

Bonjour.

J ai pu lire les différentes réponses à se sujet,très intéressant.
Pour ma part concernant se sujet.

2 cachets de légalon 70 Mg,3 fois par jour.
3 cachets de liv 52 DS
1 ampoule le matin au réveil de radis noir.

N hésitez pas à échanger votre expériences ou connaissances.

Sportivement.
No Pain No Gain.

Avatar de l’utilisateur
Tom911
Message(s) : 112
Inscription : 27 Déc 2014

Re: Les protections foie

13 Juin 2015

biceps1

Topic super bien structuré on prend un réel plaisir à lire et chercher les infos!!

Bravo..

Sportivement.
No Pain No Gain.

Avatar de l’utilisateur
Eric
Message(s) : 267
Inscription : 10 Fév 2014

Re: Les protections foie

18 Juin 2015

[center]Liv. 52, une préparation ayurvédique pour prévenir et traiter les lésions hépatiques[/center]

En 1954, l’hépatite virale se propageait à un rythme évalué comme épidémique dans la ville de Delhi et dans d’autres citées de l’Inde. Le Liv. 52, un remède ayurvédique à base de plantes, a été spécialement formulé pour traiter cette maladie. Pendant les 25 années qui ont suivi, les effets bénéfiques du Liv. 52 ont été observés dans différents troubles hépatiques. Des études expérimentales ont montré qu’il prévient les lésions hépatiques provoquées par des substances toxiques comme le tétrachloride de carbone. Des études cliniques ont mis enévidence qu’il stimule l’appétit et augmente les concentrations d’albumine sérique. Ces effets sont particulièrement importants chez les sujets buvant une grande quantité d’alcool de façon chronique.
Liv. 52 est une préparation à base de plantes transformées et formulées selon les principes de la médecine ayurvédique qui ont pour objectif d’augmenter son efficacité et d’éviter route toxicité. Liv. 52 contient des extraits de Capparis spinosa ou caprier, de Cichorium intybus ou chicorée sauvage, de Solanum nigrum ou morelle noire, de Cassia occidentalis ou gros indigo sauvage ou encore casse puante, d’Achillea millefolium ou achillée millefeuille et de Tamarix gallica ou tamarix de France.
L’innocuité de Liv. 52 a été démontrée dans des études de toxicité aiguë et chronique sur animal et dans une étude de phase 1 sur des sujets volontaires. Durant ces 50 dernières années, Liv. 52 a été utilisé par des millions de patients sans que des effets secondaires aient été rapportés.

Prévention des effets néfastes de l’alcool
La consommation d’alcool est la principale cause de maladies hépatiques. Des données actuelles indiquent que l’acétaldéhyde, un métabolite intermédiaire de l’éthanol, est directement responsable de lésions hépatiques. Après l’ingestion d’éthanol, des niveaux sanguins significativement plus élevés d’acétaldéhyde que chez des non-alcooliques sont retrouvés chez des sujets buvant de l’alcool de façon chronique. Cela indique une réduction importante de l’activité hépatique de l’aldéhyde déhydrogénase.
L’administration de Liv. 52 à des buveurs chroniques provoque une élévation des niveaux sanguins d’éthanol en même temps qu’une augmentation initiale des concentrations sanguines d’acétaldéhyde suivie d’une baisse rapide. Dans le même temps, l’excrétion urinaire de l’acétaldéhyde était plus importante.
Les chercheurs pensent que la liaison de l’acétaldéhyde aux protéines est empêchée par l’administration de Liv. 52, particulièrement au niveau du foie.
L’effet d’une seule dose de Liv. 52 ou d’un placebo sur l’absorption de l’éthanol après l’ingestion de 30 ml de whisky en cinq minutes a été étudié chez 8 alcooliques mondains, buveurs modérés. Avec le Liv. 52, le temps d’absorption était de 3,62 minutes contre 6,29 minutes avec le placebo. Le pic de concentration était nettement plus élevé avec Liv. 52 qu’avec le placebo.
120 ml de whisky, consommés en une heure par des consommateurs réguliers d’alcool, avant et après un traitement d’une durée de quinze jours avec Liv. 52, produisaient des niveaux d’éthanol significativement plus élevés 2, 3 et 4 heures après et des niveaux d’acétaldéhydes significativement plus bas à 3 et 4 heures après avec le traitement par Liv. 52.

Liv. 52 stimule le rythme d’absorption de l’éthanol et réduit rapidement les niveaux d’acétaldéhyde. Cette action est très probablement responsable de son effet hépatoprotecteur dans la maladie alcoolique du foie1.
L’acétaldéhyde a des effets déplaisants sur le système nerveux central et leur persistance est responsable des symptômes de “gueule de bois” chez les alcooliques mondains modérés.
Une étude a été définie pour vérifier les effets de Liv. 52 sur les niveaux d’éthanol et d’acétaldéhyde dans le sang et les urines.
Neuf hommes en bonne santé ont participé à cette étude2. Tous consommaient de l’alcool de façon modérée mais avaient occasionnellement expérimenté les effets de la “gueule bois”.
L’étude a été réalisée à trois moments : le jour suivant la prise d’une dose unique de Liv. 52 ou d’un placebo, un jour après la prise d’une seule dose de Liv. 52 ou d’un placebo, après quinze jours de traitement avec Liv. 52. Aucune consommation d’alcool n’était autorisée 24 heures avant le début de chaque jour d’essai.
Comme on pouvait s’y attendre, l’administration de Liv. 52 a provoqué, au bout d’une heure, des niveaux sanguins d’éthanol plus élevés, particulièrement après des doses multiples. Après douze heures, le traitement a entraîné une réduction significative des niveaux sanguins d’éthanol et d’acétaldéhyde, diminuant également les symptômes de gueule de bois.

Liv. 52 et les effets de différentes boissons alcoolisées
Six boissons alcoolisées couramment consommées, comme du whisky, du gin, de la vodka, du rhum, de la bière ou du vin, ont été administrées à six volontaires à six occasions différentes séparées par 24 heures3. Les concentrations sériques d’éthanol et d’acétaldéhyde ont été mesurées toutes les heures pendant les six heures qui ont suivi la consommation d’éthanol. Dans chaque boisson, la concentration d’éthanol avait été évaluée et une quantité de chacune d’elles contenant 43 mg d’éthanol a été ingérée en une heure. L’étude a été répétée après que les volontaires aient pris du Liv. 52 pendant quinze jours. Les résultats ont été très intéressants et ont montré des effets séparés de Liv. 52 sur l’absorption de l’éthanol et l’élimination de l’acétaldéhyde. Tout d’abord, les concentrations sanguines d’éthanol variaient avec les boissons : les concentrations provoquées par le whisky étaient les mêmes que dans de précédentes études mais celles du rhum étaient nettement plus élevées, similaires à celles que l’on pourrait observer chez des personnes non habituées à consommer de l’alcool alors que la bière entraînait de petites concentrations indiquant une faible biodisponibilité.
Les effets de Liv. 52 variaient également selon les boissons. Avec le whisky, il y avait une augmentation prévisible des concentrations sanguines de même qu’avec le gin et la vodka.

Mais il n’y avait aucun changement dans les concentrations sanguines d’éthanol avec le rhum, le vin ou la bière.
Avant le traitement avec Liv. 52, les niveaux d’acétaldéhyde différaient après l’ingestion des différentes boissons mais semblaient être proportionnels à la biodisponibilité de l’éthanol selon les boissons. Après la prise de Liv. 52, les niveaux initiaux d’acétaldéhyde ont augmenté, accompagnés d’une élévation de la biodisponibilité de toutes les boissons sauf le rhum. Mais ensuite, la chute des niveaux était plus rapide après le traitement et six heures après l’ingestion des boissons, les concentrations d’acétaldéhyde étaient significativement plus faibles que les concentrations correspondantes avant le traitement, quelle que soit la boisson. La rapide diminution des concentrations sanguines d’acétaldéhyde allait de pair avec une augmentation de son excrétion urinaire sur une période de six heures.

Effet sur la toxicité fœtale de l’éthanol
Les effets négatifs sur le développement du fœtus de la consommation d’alcool par la mère sont bien documentés. Même modérée, la consommation d’alcool est clairement contre-indiquée chez la femme enceinte. On pense que ces effets négatifs sont dus à une accumulation excessive d’acétaldéhyde.

Lorsque l’on fait absorber de l’éthanol à des femelles de rat enceintes, on observe une diminution du gain de poids maternel et une réduction de la durée de vie des fœtus. Les niveaux d’acétaldéhyde dans le liquide amniotique étaient élevés. L’administration de Liv. 52 en même temps que l’éthanol a renversé ces changements et les niveaux d’acétaldéhyde dans le liquide amniotique étaient significativement plus faibles que chez les animaux à qui l’on avait seulement donné de l’alcool4. Cet effet protecteur pourrait être du à une rapide élimination de l’acétaldéhyde.

Liv. 52 et maladies hépatiques non-alcooliques
Dans les perturbations du fonctionnement du foie induites par l’alcool, le mécanisme d’action préventive de Liv. 52 peut s’expliquer par le fait qu’il favorise une élimination rapide de l’acétaldéhyde. L’acétaldéhyde est normalement formé pendant le métabolisme intermédiaire des acides gras et du glucose. Il est ensuite rapidement converti en acide acétique et entre dans le cycle de l’acide tricarboxylique. Un petit changement dans les niveaux sanguins d’acétaldéhyde causé par un aliment peut avoir un rôle physiologique dans le rythme de satisfaction de l’appétit. L’acétaldéhyde a un effet sur le système nerveux central. En petites quantités, il peut diminuer sélectivement l’appétit. Lorsque le fonctionnement de la masse des cellules parenchymateuses est réduit par une cause telle qu’une hépatite, une cirrhose ou la toxicité d’un médicament, le métabolisme de l’acétaldéhyde peut être le premier à en souffrir, provoquant une élévation de sa concentration dans le sang. Cela pourrait être la cause de l’anorexie, l’un des premiers et plus constants symptômes d’un dysfonctionnement du foie. Une amélioration de la fonction hépatique se traduit immédiatement par le retour de l’appétit.

Un traitement bénéfique pour l’hépatite virale
Bien qu’elle soit beaucoup plus courante, l’hépatite A ne progresse heureusement que rarement en hépatite chronique ou en cirrhose. L’hépatite B qui a une longue période d’incubation ne régresse pas toujours et évolue parfois en hépatite fulminante ou chronique voire même en cirrhose. Aucun médicament connu ne peut arrêter ce processus et le rôle des stéroïdes dans la gestion de la maladie est très controversé à cause de leurs nombreux effets secondaires.
Des effets bénéfiques de Liv. 52 ont été cliniquement observés sur des cas d’hépatite fulminante. Une défaillance du fonctionnement des cellules parenchymateuses peut avoir, pour conséquence, une incapacité à convertir l’ammoniac en urée et a pour résultat une augmentation des niveaux sanguins d’ammoniac qui sont associés à des symptômes d’encéphalopathie hépatique.

Cette pathologie peut être induite chez des rats en leur administrant pendant une longue période du tétrachloride de carbone.
Des rats ont été répartis en trois groupes. L’un a reçu trois injections par semaine d’une solution saline. Le second, trois injections de tétrachloride de carbone et le troisième du tétrachloride de carbone et du Liv. 52. Ces traitements ont été poursuivis pendant douze semaines. Les concentrations d’ammoniac ont été évaluées tous les quinze jours. Dans le premier groupe d’animaux, les concentrations sont restées stables pendant les douze semaines. Dans le second groupe, elles ont augmenté à partir de la quatrième semaine.

Au même moment, les rats traités avec le Liv. 52 n’ont montré aucune augmentation des niveaux d’ammoniac par rapport à ceux du groupe témoin. Au bout de huit semaines, les niveaux sanguins d’ammoniac dans le groupe d’animaux traités avec le tétrachloride d’ammoniac avaient été multipliés par trois tandis qu’ils restaient significativement plus bas dans le groupe traité avec Liv. 52.
Une étude5 a été définie pour évaluer l’effet de Liv. 52 sur des cas d’hépatite B. Trois cents cas d’hépatite ont été étudiés et vingt-cinq personnes en bonne santé ont été utilisées comme contrôle. L’administration aléatoire de Liv. 52 en même temps qu’un traitement symptomatique dans tous les cas d’hépatite et de cirrhose a provoqué une diminution significative des enzymes glycolytiques après un mois de traitement.
Lorsque les effets apportés par le traitement avec Liv. 52 ont été analysés tous les quinze jours dans les cas positifs à l’antigène australien (virus hépatite B), une amélioration progressive clinique et biochimique a été observée dans 58,3% des cas. 25% des cas, cependant, n’ont pas du tout répondu au traitement. 16,7% des cas sévèrement atteints, avec une cirrhose avancée et une jaunisse, ont été traités par des stéroïdes dans d’autres centres sans obtenir de progrès significatifs. Des améliorations progressives se sont manifestées après qu’ils aient été traités avec Liv. 52.
Cette étude montre clairement que les cas d’hépatite B chronique ou aigu répondent de façon satisfaisante au traitement par le Liv. 52, particulièrement lorsqu’ils n’ont pas encore développé de défaillance parenchymateuse.

Conclusion
Liv. 52 restaure l’efficacité fonctionnelle du foie en protégeant le parenchyme hépatique et en favorisant la régénération hépatocellulaire. Il prévient l’oxydation des lipides membranaires maintenant ainsi le fonctionnement de la membrane cellulaire dans son intégrité, stabilise les niveaux de cytochrome P-450 et, dans les cas d’hépatite virale, accélère le rétablissement et assure la restauration des fonctions hépatiques. Liv. 52 favorise une élimination rapide de l’acétaldéhyde, le métabolite toxique intermédiaire du métabolisme de l’alcool. Liv. 52 diminue l’activité lipotrope dans l’alcoolisme chronique et prévient l’infiltration des graisses dans le foie. Dans des états pré-cirrhosiques, Liv. 52 stoppe la progression de la maladie et prévient des futures lésions du foie. Pris quotidiennement comme supplément nutritionnel, Liv. 52 améliore l’appétit, les processus de digestion et d’assimilation tout en favorisant un gain de poids.

« La défaite est tellement plus intelligente. On pourrait passer sa vie à la méditer. C'est auprès d'elle que l'on puise ses vraies ressources, que l'on sublime ses revanches. Que faire de cette défaite ? »

No Pain NO.... tartine


Retour vers

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : 1 et 0 invité(s)

2GETMASS.ws
Top Steroids Online
Super-Steroide.com
BUY HGH AND PEPTIDES
BUY HGH AND PEPTIDES
Display your ad here

Rechercher


Recherche avancée

Login

Meilleur forum francophone pour tout savoir sur les stéroïdes anabolisants, les peptides et l’Hormone de croissance dans le bodybuilding.

Trouver des sources fiables, vérifier l’authenticité de vos produits, échanger sur les meilleurs programmes de musculation, sur les cycles de prise de masse, sur les régimes de perte de poids, sur le street workout… et bien plus encore ! Sur Forum-Steroids.com vous êtes au bon endroits pour discuter sans censure !

Nouveau venu ? Merci de se présenter ici.