Detection de l'HGH lors d'un contrôle anti-dopage

#1
Bien que l'on puisse détecter facilement l’hormone de croissance (HGH - human Growth Hormone) car le test actuel basé sur les imunodosages est fiable, il n'est pour l'instant encore possible de pouvoir différencier si la fluctuation de celle-ci est due à un dopage ou à une production endogène (synthétisé par votre organisme) naturelle irrégulière.

Lors des jeux olympique d’Athènes en 2004, 29 Athlètes ont été contrôlés positifs. C'est cette année qu'un test sur l'hormone de croissance a été effectué, mais sur les 300 sportifs testés, aucun ne fût contrôler positif pour l'HGH.

Il faudra attendre février 2010 pour qu'un premier cas de dopage à l'HGH soit officiellement annoncé par l'agence antidopage du Royaume-Unis.
C'est le rugbyman Terry Newton, sélectionné à 15 reprises en équipe nationale testé en 2009 hors compétition qui en fera les frais.
Il acceptera sa sanction et suspension de deux ans avant de mettre fin à ses jours en septembre 2010.

Septembre 2010, c'est aussi à ce moment que le CCES (Centre canadien pour l’éthique dans le sport) annonce le premier cas de dopage à l'HGH dans cette région du monde.
C'est sur un joueur de football de l'université de Waterloo, Matt Socholotiuk testé le 31 mars dernier que les premières sanctions pour un cas de dopage a l HGH tomberont en Amérique du nord.
Il écopera d'une sanction de 3ans.

L'AMA dans la foulée publiée via son directeur général, David Howman, je cite :
« Ce cas envoie un signal fort aux sportifs qui prennent le risque d’utiliser cette substance à des fins dopantes : nous finirons par vous attraper. »

Il faut tout de même avouer, quand on connaît l'importance de l'HGH dans le monde du sport professionnel, que deux cas officiel en 6 ans c'est très peu.

Le comité international olympique s'est donc tout de même réservé le droit de conserver les échantillons prélevé en 2004 jusque 2012 dans l'attente d'avancée scientifique en la matière.

L' « AMA (agence mondiale anti-dopage)» finance actuellement un test toujours sur échantillon sanguin mais qui concentre la recherche sur la matrice sanguine.
Ce test combiné au premier cité pourrait apporter une détection plus fiable au contrôle anti-HGH.

Donc en attendant que la science évolue dans ce domaine, il est possible de détecter l'HGH mais pas si sa provenance est naturelle ou non.

Il faut savoir qu'actuellement, la détection de l'HGH ne se fait que par prise de sang et que 90% des tests anti-dopage sont................ des tests urinaires.
Et oui, les analyses sanguines ont un coût plus élevé.
Ajoutez à cela que, proche de la mise en production industrielle des anticorps nécessaire à ce nouveaux test, la société avec laquelle l'AMA (agence mondiale antidopage) avait un accord pour la production fût rachetée.
Ce qui ralenti fortement les avancées probables.
Ajoutez à cela que la nouvelle direction de cette société cessera sa collaboration avec l'AMA, forçant cette dernière a devoir se trouver un nouveau partenaire pour la production.

« La défaite est tellement plus intelligente. On pourrait passer sa vie à la méditer. C'est auprès d'elle que l'on puise ses vraies ressources, que l'on sublime ses revanches. Que faire de cette défaite ? »

No Pain NO.... tartine
Répondre

Revenir à « HGH - Hormones de Croissance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité

Super-Steroids.com
cron