"anabolisant" à base de grenade

#1
La société ProCell, basée sur le zoning Qualitis à Enghien, conçoit et commercialise des compléments alimentaires naturels. Elle vient de mettre sur le marché son premier produit, fruit de plusieurs années en recherche en collaboration avec l’UCL. Il s’agit d’une barre alimentaire, dont un des principaux ingrédients est extrait de l’écorce de la grenade: "Nous avons pu montrer que les actifs issus de cette écorce sont des anabolisants naturels, qu’ils sont actifs sur la récupération des muscles ou des fibres musculaires», explique Fabian Priem, l’un des fondateurs de ProCell, en charge de la recherche et du développement.

Mais anabolisant ne veut pas dire pour autant produit dopant illicite, précise-t-il: "L’anabolisme est simplement le fait de tenter de faire croitre les cellules. On peut y parvenir grâce à certains acides aminés qu’on retrouve dans l’alimentation, mais aussi les hormones naturelles, comme la testostérone ou l’insuline. La grenade est aussi un actif naturel, qui permet d’augmenter la croissance des cellules du muscle en particulier. Elle n’est pas reprise sur la liste des anabolisants synthétiques, qui sont considérés comme des agents dopants et n’en a pas les effets secondaires".

Encore aux balbutiements

Ce sont des sportifs de haut niveau qui ont été les premiers à tester le produit. Mais la société vise une clientèle bien plus vaste: "Les patients qui doivent reconstituer leur masse musculaire après un traumatisme, les patients de gériatrie, ou des patients qui ont subi une importante perte de poids", explique Jean-Pierre Mans, administrateur délégué de ProCell. Le produit est en phase de commercialisation.

La société vient de recruter une équipe de délégués médicaux qui tenteront de convaincre les médecins belges des bienfaits de cette barre alimentaire sur leurs patients. Mais elle cible aussi d’autres marchés: la France, l’Italie, et les pays du Golfe, notamment. «Sur le plan du développement économique, nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements, notre chiffre d’affaire est insignifiant, poursuit le patron. Nous avons déjà reçu des aides pour la recherche et le développement, nous allons encore avoir besoin de capitaux pour notre développement commercial à l’étranger".

La société ne se voit pas prospérer avant deux ans. D’ici là, elle espère avoir déposé le brevet international pour lequel elle a introduit une demande. Elle compte aussi rester à Enghien, même si les barres alimentaires, elles, sont produites en France et aux Pays-Bas, faute de fabricants sur le marché belge.

Source : RTBF
Image
Répondre

Revenir à « Les compléments alimentaires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité

Super-Steroids.com
cron