Asterix et les steroides ^^

#1
Image
Dans le fin fond de l’Armorique, un petit village gaulois résiste à l’envahisseur romain… en grande partie grâce à la potion magique du druide Panoramix, qui offre à Astérix et ses voisins une force surhumaine ! Est-ce que cette potion pourrait exister dans la réalité ?

Notre série Science et fiction s’intéresse aux prouesses technologiques aperçues dans le cinéma, à la télévision ou dans la littérature, et se questionne sur le positionnement, possible ou non, dans la réalité.

La potion magique de Panoramix est censée être transmise de druide en druide, et donc tenue secrète. Pourtant, à travers les différents tomes d’Astérix, on découvre des ingrédients dont certains sont étonnants : homard, carottes, céleri, gui, trèfles à quatre feuille, jus de betteraves… Autant de produits qui contribueraient à donner à la potion magique du druide des pouvoirs décuplant la force humaine.

Évidemment, Astérix n’est rien d’autre qu’une bande dessinée qui revisite les rivalités entre les Gaulois et les Romains après la chute de Vercingétorix. Malgré tout, cette potion magique tient bel et bien de la science-fiction : on peut s’interroger sur ce qui a conduit Uderzo et Goscinny à l’imaginer, et surtout, si elle pourrait réellement exister en réalité… si ce n’est pas déjà le cas.



Une invention qui ne devait pas durer

« La potion magique, qui donne une force surhumaine aux Gaulois irréductibles, ne devait figurer que dans le premier épisode. Mais elle a connu un tel succès que nous l’avons gardée » explique René Goscinny dans l’ouvrage René Goscinny raconte les secrets d’Astérix. « La potion magique est une chose que j’utilise pour montrer que nos guerres à nous ne sont pas des guerres sérieuses, puisqu’il suffit de boire un petit coup pour que tout s’arrange. »

Si, pour le scénariste historique d’Astérix, la potion magique est un moyen de dédramatiser la guerre, on peut s’interroger sur les liens qu’elle entretient avec des drogues dont certaines sont justement associées à des conflits et comportements guerriers. Et si la potion magique existait bien… mais sous des formes variées et bien moins divertissantes ? Là est toute la question quand on confronte la réalité à la fiction !



La potion magique, un cocktail de drogues ?

Parmi les effets identifiés dans les différents tomes de la bande dessinée, on trouve notamment une force surhumaine, une vitesse très augmentée, une résistance à la douleur ou encore l’absence, apparente, de fatigue.

Autant d’effets que l’on peut associer à des drogues très diverses. L’augmentation de la force, pour commencer, peut être associée aux stéroïdes anabolisants. Il s’agit d’une classe d’hormones stéroïdiennes, liée à la testostérone naturellement présente dans l’organisme humain. Le corps d’un homme adulte en sécrète en moyenne sept à huit fois plus que celui d’une femme. L’occasion de souligner que dans Astérix, les femmes du village doivent attendre le 19e album de la BD, Le Devin (1972) pour pouvoir boire de la potion magique pour la première fois et coller une raclée mémorable aux Romains.

Les stéroïdes anabolisants sont connus pour entraîner une augmentation de la masse musculaire, et de la force physique par la même occasion. Ils sont donc prisés de certains sportifs dans cette optique.

Aux stéroïdes pourraient alors s’ajouter des drogues appartenant à la famille des stimulants. Non contentes d’avoir la faculté d’améliorer les réflexes dans certains cas, ces drogues peuvent également diminuer la sensation de fatigue et procurer une sensation de puissance physique, voire d’invincibilité (fausse, évidemment, contrairement aux Gaulois). Parmi les drogues en question, on trouve la cocaïne, les drogues de la famille des amphétamines et des méthamphétamines (bien plus puissantes que les deux premières).

C’est donc le moment où l’on se dit qu’en réalité, Panoramix ne met pas que du gui et du jus de betteraves dans sa potion, et qu’Astérix et ses compagnons sont des drogués accros à la meth et aux stéroïdes. Néanmoins, avec un tel cocktail, la plupart auraient déjà dû passer l’arme à gauche : rappelons également qu’Obélix est censé être tombé dedans étant petit.

Si les effets de la potion magique peuvent être associés à des drogues et autres stéroïdes, les effets secondaires sont, par contre, différents. Dans le cas des stimulants, les effets secondaires souvent associés sont une grande fatigue généralisée et une déprime psychologique. Comme l’usage de la potion magique découle généralement sur un énorme banquet nocturne, on reste bien dans la fiction !

Néanmoins, la potion de Panoramix étant souvent utilisée dans un contexte guerrier, on pourrait l’associer aux drogues de combat utilisées à travers le monde comme le Captagon, la Ritaline ou encore la Pervitine…

http://wikistero.com/potion-magique-das ... de-combat/
Image

Re: Asterix et les steroides ^^

#2
Danny30 a écrit :utilisée dans un contexte guerrier
Trente-cinq millions de comprimés avaient été commandés par la Wehrmacht avant le lancement de la grande offensive contre la France en 1940.
En 1940, lorsque l'Allemagne nazie lance son armée sur la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France, ses soldats semblent invincibles, écrit le tabloïd Berliner Kurier:
«Les fantassins marchaient fermement jusqu'à 60 kilomètres par jour, les panzers avançaient nuit et jour. “Les Allemands utilisent une pilule miracle”, titrait alors la presse britannique. Cette pilule miracle, c'est de la “pervitine”, de la méthamphétamine. À plus haute dose, elle porte aujourd'hui le nom de “crystal meth”.»
Découverte en 1937, cette drogue a joué un rôle non négligeable dans la stratégie choisie: 35 millions de comprimés ont été commandés par la Wehrmacht avant de mener l'offensive contre la France. L'ex-journaliste et écrivain allemand Norman Ohler retrace l'histoire de la pervitine sous le troisième Reich dans son livre Der totale Rausch («L'euphorie totale»), qui paraît ce jeudi 10 septembre. 

Il a passé cinq ans à fouiller les archives fédérales et militaires allemandes et américaines à la recherche de documents témoignant de l'utilisation de cette drogue que les soldats surnommaient «Panzerschokolade» et «Stukaschokolade», le chocolat des panzers et des bombardiers en piqué.


Psychoses et dépressions

En vente-libre à partir de 1939, la pervitine n'était au départ pas considérée comme une drogue mais comme un stimulant, au même titre que le café, poursuit le Berliner Kurier. Elle n'était donc pas uniquement réservée aux soldats:
«On en trouvait dans toutes les pharmacies. […] Cette drogue existait même sous forme de pralines pour les mères.»
Mais ses effets délétères ne tardèrent pas à se faire sentir sur le front de l'Est:
«Les commandants se plaignaient du fait que les soldats avaient besoin de dormir trois fois plus longtemps lorsque l'effet de la pervitine se dissipait. Beaucoup d'entre eux devinrent dépressifs. D'autres souffraient de graves psychoses.»
Au point qu'à partir de 1941, comme Norman Ohler l'explique dans une interview mise en ligne sur le site de la Deutsche Welle, la pervitine a été déclarée illégale.


Hitler était accro à l'eucodal et aux stéroïdes

Même s'il ne consommait visiblement pas de pervitine, Hitler était lui-même accro à la drogue. Norman Ohler a eu accès aux notes personnelles de son médecin, le physicien Theodor Morell, surnommé le «Reichsspritzenmeister» (maître des piqûres du Reich) par Herman Göring. Il prescrivait au dictateur des cocktails de stéroïdes, de vitamines et de drogues:
«Ces notes étaient assez élaborées, décrivant les traitements qu'il administrait à Hitler au fil des ans, mentionnant des choses comme “injection comme toujours” et “eucodal”, qui est un opiacé puissant.»
“Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.”

Re: Asterix et les steroides ^^

#6
jeandrex a écrit :oui, puis y en a des tonnes dans le sud ouest alors
Quasi partout en France même je pense...

Dans le sud-ouest sa chasse la palombe plutôt nan ;)
“Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.”

Re: Asterix et les steroides ^^

#7
Excellent topic n'oublions pas que dans l'aventure d'Astérix au jeux olympiques, les Gaulois sont interdits d'usage de la fameuse potion magique, ce qui implique bel est bien qu'il s'agit d'un produit dopant.

C'est là qu'on peut se poser la question comment peut on en France craché sur les personnes qui se dopent ou les sportifs professionnels qui se font prendre, alors que la bd francophone la plus vendue, met en valeur des gaulois qui utilisent des stéroïdes!!

Re: Asterix et les steroides ^^

#8
Larmstrong a écrit : Hitler était accro à l'eucodal et aux stéroïdes

Même s'il ne consommait visiblement pas de pervitine, Hitler était lui-même accro à la drogue. Norman Ohler a eu accès aux notes personnelles de son médecin, le physicien Theodor Morell, surnommé le «Reichsspritzenmeister» (maître des piqûres du Reich) par Herman Göring. Il prescrivait au dictateur des cocktails de stéroïdes, de vitamines et de drogues:
«Ces notes étaient assez élaborées, décrivant les traitements qu'il administrait à Hitler au fil des ans, mentionnant des choses comme “injection comme toujours” et “eucodal”, qui est un opiacé puissant.»
Tiens je tombe là-dessus et ... justement il y a avait un reportage hier soir sur "Hitler et ses dépendances aux drogues".

Apparemment sur ces 9 dernières années de vie il consommait tout ce qui lui tombait sous la main !!

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité

Super-Steroids.com
cron