sarm

#1
je partage encore un article que jai trouvé sur wikistero et qui m a plu... je trouve ce blog tres instructif

Le terme SARM veut dire littéralement «Selective Androgen Receptor Modulators». Les androgènes sont une classe d’hormones qui servent de ligands et qui se lient à des récepteurs d’androgènes cellulaires. Tous les stéroïdes anabolisants et les pro-hormones offrent leurs propriétés de renforcement musculaire à travers cette liaison au récepteur d’androgènes.



Un médicament qui peut, soit bloquer, soit stimuler le même récepteur d’hormone nucléaire dans des conditions différentes est appelé un modulateur de récepteur sélectif. Si l’on peut bloquer ou stimuler un récepteur de tissus d’une manière sélective, il peut être capable de mimer les effets bénéfiques dans un tissu et, en même temps, minimiser les effets indésirables des hormones stéroïdiennes dans d’autres tissus.



En d’autres mots, les SARM offrent les avantages des stéroïdes anabolisants traditionnels tels que la testostérone tout en offrant une tendance beaucoup plus faible à produire des effets secondaires indésirables existants avec les stéroïdes.



Les SARM sont développés et étudiés depuis 1998. Ils ont été initialement recherchés pour les personnes nécessitant un traitement de remplacement hormonal et ceux qui se battent contre diverses maladies comme le cancer ou l’ostéoporose.



Les sociétés pharmaceutiques étudient les SARMS comme une percée dans l’industrie médicale en raison de leur capacité à stimuler le tissu du récepteur d’une manière sélective et de réduire ou d’éliminer l’effet indésirable des côtés secondaires.


SARM et Médecine

Les stéroïdes sont généralement prescrits en médecine pour deux raisons distinctes:



Les maladies du muscle pouvant allant de l’ostéoporose au cancer
La thérapie de remplacement d’hormones



Les problèmes avec les stéroïdes anabolisants ou la thérapie de remplacement de testostérone proviennent de leurs effets secondaires indésirables ou des propriétés pharmacocinétiques.



imagesLa médecine a alors pensé que s’il est possible de stimuler un récepteur de tissus d’une manière sélective (par exemple des tissus sélectifs à l’os et au muscle), il est alors possible d’imiter les effets bénéfiques de l’activation des androgènes et, en même temps, de minimiser les effets indésirables des hormones stéroïdiennes naturelles ou synthétiques dans d’autres tissus.



Comme indiqué précédemment, les problèmes avec les stéroïdes anabolisants ou la thérapie de remplacement de testostérone proviennent de leurs effets secondaires indésirables ou des propriétés pharmacocinétiques.



En particulier de nombreux effets secondaires plus ou moins importants peuvent intervenir, comme par exemple :



La stimulation potentielle de cancer de la prostate
La calvitie
L’acné
La croissance des cheveux ou du corps
La gynécomastie (développement des seins masculins)
L’hypertension artérielle
La toxicité hépatique
Le déséquilibre de cholestérol
L’hypertrophie ventriculaire gauche (agrandissement du cœur)
L’arrêt de votre propre production de testostérone



Stimuler le récepteur des androgènes dans le tissu musculaire et osseux peut prévenir la plupart, sinon la totalité des effets secondaires sévères indiqués ci-dessus.



C’est pour cette spécificité, qui rend ces modulateurs capables de provoquer sélectivement la croissance musculaire de récepteurs, que les recherches se sont tournées vers les SARM. Car ils offrent le potentiel d’exploiter les avantages de la supplémentation anabolisante tout en minimisant les effets secondaires indésirables. Ils ont aussi les avantages potentiels de l’administration par voie orale, ce que la testostérone et certains stéroïdes ne proposent pas.



Donc les entreprises pharmaceutiques cherchent actuellement à savoir si les SARM peuvent vraiment être une alternative aux stéroïdes prescrits.



Les compagnies pharmaceutiques mondiales testent actuellement plusieurs types de SARM. Il en existe en effet plusieurs centaines mais il y en a deux principaux actuellement disponibles et ce sont les plus utilisés par les athlètes, les amateurs de fitness et les bodybuildeurs. Il s’agit de l’ostarine (MK-2866) et de l’andarine (S-4).


SARM et sport

De nombreux sports sont intéressés par ces découvertes. En particulier tous les sportifs qui, pour leurs entraînements ou pour améliorer leurs performances, utilisent des stéroïdes. Ainsi les bodybuildeurs, mais également les pratiquants de fitness, et de nombreux athlètes. Les SARM peuvent effectivement être utilisés en conjonction ou en remplacement des anabolisants pour les usages suivants :

La croissance musculaire maigre
Prévenir la perte de muscle lors de la perte de poids
La réhabilitation des blessures
L’utilisation du PCT après les anabolisants.

bodybuilder utilisateur de stéroïdes anabolisantsDe plus, les avantages les concernant sont nombreux. Les prises sont orales (donc pas d’injections nécessaires avec les risques de santé liés à l’hygiène), des effets similaires à ceux de la testostérone (gain de force, libido accrue, perte de graisse), pas de conversion en dihydrotestostérone, pas de conversion en œstrogène, pas de toxicité hépatique, pas de risques de détection en cas de contrôle anti-dopage.

Si les inconvénients sont largement supprimés qu’en est-il des avantages, en particulier au niveau de la construction musculaire ?

Les premières générations de SARM ont montré qu’ils induisaient des gains modestes dans la masse maigre chez les sujets sains, donc assez loin de ce qui se passait avec la testostérone ou les stéroïdes anabolisants. Par exemple, une étude révélait que les SARM produisaient un gain de 1,0 à 1,5 kg de masse maigre après plus de quatre à six semaines alors que les anabolisants classiques produisaient sur la même période de 5 à 7 kg de masse maigre.

Mais les nouvelles générations de SARM peuvent être considérablement plus puissantes que les plus anciennes.


Les différents SARM

Les deux principaux SARM utilisés sont l’Ostarine et l’Andarine. Le premier est le plus puissant des SARM. Il est très efficace dans le maintien de la masse maigre. Ce SARM est souvent appelé S1. Il a été développé assez tôt dans la recherche mais ne fait actuellement plus l’objet de développements ultérieurs.SARMS

L’Ostarine exerce ses effets principalement sur les tissus musculaires. Il est donc fortement recommandé pour tous les traitements médicaux contre les maladies d’atrophie musculaire mais il est également apprécié par tous les bodybuildeurs pour ce qui concerne le renforcement musculaire. Sur plus de 600 personnes testées lors d’essais cliniques, 160 d’entre elles ont atteint l’objectif de l’augmentation de masse maigre totale ainsi que l’objectif d’augmentation de masse musculaire. L’ostarine paraît donc être le produit idéal pour augmenter la masse maigre des athlètes. Le seul point négatif semble être la durée nécessaire pour gagner cette masse maigre car elle est supérieure à celle des anabolisants classiques. Cependant l’avantage de ne pas avoir tous les effets secondaires est sans aucun doute largement supérieur.

L’Andarine, quant à elle, est nommée S4. Ce SARM a comme propriété principale de réduire la masse graisseuse, en même temps qu’il va permettre d’augmenter la masse musculaire. Les effets de S4 sont souvent comparés à ceux du Winstrol mais sans les effets secondaires tels que la perte de cheveux. Andarine vous aidera à obtenir un look maigre, dur et sec. Il vous apporte la force et l’endurance. Il peut très bien être couplé avec l’ostarine afin d’améliorer encore ses effets. Comme tous les SARM, il fournit moins d’effets anabolisants androgènes que les stéroïdes réels, mais les effets sont très similaires.

Source : wikistero

Re: sarm

#3
Je vous invite à monter un journal de cure dans la bonne section, pour que vous puissiez partager vos informations et ressentis.

Re: sarm

#5
L'ostarine peut-être légèrement suppressif à haute dose... ça reste un produit pas trop mal quand même!
Après moins efficace que le LG 4033 mais qui lui est suppressif. Donc clomid obligatoire après la cure.

ça n'engage que moi mais si je devais commencer une cure de sarms je me pencherais sérieusement sur le rad 140, les retour ont l'air vraiment bon avec "à priori pas d'es connu" pas suppressif non plus, même si il faut peut-être mieux avoir du clomid à porté de mains au cas ou.

Le seul que je ne conseillerais pas c'est l'andarine avec pas mal d'ES (notamment trouble de la vision). Suppressif également.
“Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.”

Re: sarm

#6
merci lance
je vais me renseigner sur le rad 140 au bistrot du coin
j'ai commence l'ostarine depuis 5 jours 35mg/j
on verra
retour sur cure dans 5 semines

Re: sarm

#8
Voici un petit copier/coller qui va bien sur le rad140:

D’abord, du point de vue terminologique. Un “agoniste” est une molécule qui active un récepteur. Un agoniste total, à une concentration assez élevée dans le sang ou le milieu d’essai, peut accomplir 100% d’effets des récepteurs. Un agoniste partiel, également appelé agoniste faible, ne peut atteindre qu’un effet partiel des récepteurs. Dans certains cas, il aveugle les récepteurs mais aucune activité n’en résulte. Dans d’autres cas, la présence d’un agoniste partiel peut réduire l’effet d’un agoniste total qui est aussi présent. Par exemple, chez l’humain, l’oestriol, un agoniste faible, peut réduire l’effet de l’œstradiol, un agoniste total.

Le concept d’un modulateur, différemment du fait d’être un simple agoniste, est quand une molécule se lie à un récepteur, le récepteur va agir d’une certaine manière dans certains tissus, et d’une manière différente dans d’autres tissus.

Le tamoxifène (Nolvadex) ou le clomifène (Clomid), par exemple, font que les récepteurs d’œstrogènes dans le tissu mammaire fonctionne différemment que lorsque l’œstradiol se lie aux récepteurs, mais dans le tissu osseux, ils font fonctionner les récepteurs de manière identique à la liaison d’œstradiol.

Quelle serait donc l’importance sur les androgènes? Dans les cellules musculaires, nous voudrions que la molécule fonctionne de la même façon que la testostérone. Mais dans les tissus où nous n’avons pas besoin des effets androgéniques, nous voudrions idéalement que la molécule fonctionne au niveau du récepteur d’androgènes différemment de la testostérone.

En termes d’effets les plus couramment mesurés – croissance des muscles levator ani contre croissance de la prostate * – nous avons déjà vu ceci avec les stéroïdes anabolisants synthétiques. La différence dans l’effet a été calculée comme le ratio anabolique/androgénique. Les valeurs pour ce ratio ont grimpé jusqu’à 20:1 pour le norboléthone, 16:1 pour le noréthandrolone et 12:1 pour l’oxandrolone.

L’Ostarine et d’autres ont affiché des ratios anaboliques/androgéniques comparables à ceci, bien qu’un peu mieux. Les différences sont sans doute plus quantitatives que le fait d’être dans un type ou une catégorie, surtout vu que la méthode d’évaluation donne des résultats très variables d’une étude à l’autre.

Cependant, le RAD-140 a affiché un ratio anabolique/androgénique d’environ 90:1, et en fait, il a un effet antagoniste partiel des effets de la testostérone sur la prostate. C’est une démonstration impressionnante.

Maintenant, pour ce qui est de savoir si le RAD-140 a moins d’activité que les stéroïdes anabolisants synthétiques sur le cuir chevelu ou sur le larynx chez les femmes, ce serait une question différente qui pourrait avoir des résultats différents.

C’est un composé très intéressant qui pourrait être une valeur ajoutée en faisant partie d’un stack de stéroïdes en raison de son effet de blocage partiel sur la testostérone dans la prostate.

Sinon niveau dosage j'avais pu lire du genre:
S1et2 :4mg s3et4 :8mg s5et 6:12mg
Normalement ce n'est pas suppressif mais c'était marqué clomid si besoin...

Après encore une fois a adapté au poids de la personne, ressentit... bref comme tous les prod quoi.
Comme les truques tous neuf, il n'y a que très peut de retour et même si les premières études ont l'air pas mal le risque est bien réelle.

Il y a également le sr 9009 mais avec un but tout autre, puisqu'il s’agirait ici d'augmenter l'endurance.
Mais sur celui ci les infos sont encore moins nombreuses même si l'ont arrive a trouver certains retour.
“Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.”

Re: sarm

#9
j'en suis a 6 jours d'ostarine aux alentours des 35/40 mg/j en sub lingual
je vais continuer au moins 5 semaines encore en boostant encore un peu je pense jusque 50 mg/j
je vais noter le factuel et le ressenti chaque semaine et presenterai un compte rendu complet à la fin de la cure
Répondre

Revenir à « SARMS »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité

Super-Steroids.com
cron